Osez dire

Vendredi 15 janvier 2010

Osez Dire : une invitation, une injonction ou un exutoire salvateur…

D’abord une invitation à recevoir vos commentaires sur mes articles à venir. Pour avoir vos impressions, réflexions et les confronter aux miennes et nous enrichir mutuellement, selon l’adage, le tout est supérieur à la somme des parties.

Ensuite une injonction adressée à vous et à moi-même. Une injonction à prendre le risque d’écrire même si ce qui est dit n’est pas mûrement réfléchi, n’est pas exactement ce qu’on voulait dire. Osez dire, osez agir, osez vous tromper, ne laissez pas filer l’idée qui vous vient sous prétexte qu’elle n’est pas encore digne de naitre, vous risqueriez de la perdre à jamais.

Enfin, un exutoire salvateur pour nos entreprises, pour notre société et pour nous-mêmes en tant qu’individu. Nous mourrons à petit feu de ne pas dire. Taire nos impressions, nos ressentis, nos opinions, nos émotions c’est faire grandir en nous leur coté sombre : résignation, démotivation, mécompréhension, haine.

Voilà pour la forme.
Quant au fond, je consacrerais ce site à tout ce qui concerne de près ou de loin le coaching : positions idéologiques, techniques, concepts, métaphores et autres fables.

Tags: , , , , ,

2 commentaires sur “Osez dire”

  1. Merci pour votre commentaire ; il m’a permis de faire le tri parmi les différents sujets qui auraient pu constituer l’article suivant ; ce sera donc un article consacré à ce qu’est le coaching ou a minima, ma position sur le sujet. A lire dans « La définition du coaching et le rôle du coach »

    Effectivement, je suis d’accord avec vous, il y a coaching et coaching et on peut trouver sous cette appellation toute sorte de services qui vont du conseil à la formation et passant par le tutorat. Loin de moi l’idée de dénigrer ces prestations de services. Au contraire, il vaut bien mieux suivre une formation plutôt que d’être coaché si les connaissances du client (individuel ou équipe) sont insuffisantes (par exemple, il me semble aberrant de prendre pour la première fois un poste de manager sans une formation au management).

    Alors quelle valeur professionnelle donner au terme de coach. La question de la professionnalisation du métier de coach me semble essentielle. Pour répondre simplement, un coach digne de ce nom doit pouvoir répondre au critères suivants :
      – avoir eu une expérience professionnelle préalable qui lui permette d’appréhender le contexte de son client
      – avoir suivi une formation de coach, de préférence reconnue par une des associations professionnelles de coaching (International Coach Federation – ICF, Société Française de coaching – SFCoach, Fédération Française de Caoching – FFC, Association Européenne de coaching – AEC, etc…)
      – pouvoir faire état d’un certain nombre d’heures de coaching
      – être supervisé par un coach, c’est-à-dire être en capacité de confronter et d’améliorer sa pratique professionnelle

    #3
  2. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ce serait bien de mettre au préalable une définition claire de ce qu’est le coaching, non ?

    Parce qu’il y a coaching et coaching…

    Considérant que n’importe qui peut se déclarer coach, quelle valeur à ce terme professionnellement parlant ?

    Merci d’avance pour votre réponse.

    #2